Le content marketing : une stratégie de performance SEO

Le développement et l’optimisation d’une stratégie SEO adéquate nécessite un travail à long terme. Il est important de détecter les leviers de croissance favorisant la performance de son SEO.

Cette performance est le fruit de l’utilisation d’indicateurs pertinents qui peuvent être mesurés via un outil de webanalyse SEO via Google webmaster Tools, Google Insights for search pour les plus connus. Bien évidemment, d’autres outils SEO existent :

-Yooda:  http://www.yooda.com/produits/soft/

-My Poseo: https://www.myposeo.com/

-SEOmoz http://moz.com/

-Advanced web ranking http://www.advancedwebranking.com/

En complément de ces logiciels, de nombreuses techniques et méthodes sont recommandées par Google:

-Choisir les mots clés sur lequel on souhaite se positionner;

-Obtenir des liens entrants (backling) et opérer des échanges de liens (netlinking);

-Optimisation des pages, réécriture des URL…

– Optimisation du contenu du site.

A cela, nous pouvons ajouter une tendance nommé « le content marketing ».

Explications….

Pour faire court, le content marketing a pour objectif de mettre à la disposition des internautes/prospects, un contenu utile et/ou ludique.

Concrètement, cela peut  être différentes techniques que l’on connaît, (tout dépend du type d’activité de l’entreprise) :

-Article de blog, des études de cas, des tutoriels d’exercices, des portfolios, réalisations (flckr, instagram,…) ou encore des Guest posts (un contact avec les bloggeurs pour leur proposer d’écrire un article sur leur blog en échange d’une brève présentation de l’entreprise).

L’enjeu étant de créer une relation privilégiée avec le  consommateur en proposant un contenu riche et varié à long terme.

Cela peut être considéré comme une stratégie de marque à part entière tout en optimisant efficacement son SEO sur :

-La visibilité du site;

-La notoriété et la favorisation des interactions  (le partage de l’information sur Twitter, Facebook, Tumblr,…);

-La mise en valeur d’un contenu attractif;

Il faut bien comprendre que le content marketing permet de se détourner du contenu purement publicitaire en mettant l’accent sur un contenu « qualitatif et informatif ».

A contrario, du brand marketing où dans ce cas, le contenu est destiné  à susciter un acte d’achat d’un produit ou service.

Lorsque l’on cite toutes ses méthodes, vous pouvez remarquer que le content marketing n’est pas une « nouvelle tendance ». Cela représente tout un ensemble de méthodes marketing que de nombreuses entreprises utilisent  pour le développement de leurs notoriétés ou de leurs visibilités.

En revanche l’évolution dans ce concept de content marketing est l’accent de plus en plus sur la création de contenu marketing pour détenir une valeur ajoutée par rapport aux concurrents présent sur le web.

Avec la banalisation des usages technologiques rendue accessible avec les smartphones et les tablettes et la surabondance de contenu sur Internet, l’enjeu du content marketing est avant tout de se différencier significativement dans cette masse d’information.

A ne pas oublier que pour qu’un site soit bien référencer sur Google, la pertinence du contenu reste la clé de la réussite. D’où l’expression que l’on entend souvent : « content is king ».

En clair, la meilleure optimisation possible résultera d’une amélioration qualitative du contenu proposé. 

Conclusion…

Le content marketing est une des nombreuses méthodes pouvant jouer sur la carte de la différenciation sur le web. Il serait donc important de penser réellement à une stratégie de communication efficace pour les deux parties (entreprise et prospects).

A vos plumes ! (plutôt vos touches de clavier 🙂 ) pour créer votre contenu ludique et attractif !

Publicités

L’ère de la recommandation et de l’influence en ligne

Dans le processus d’achat, les médias sociaux sont devenus un relai essentiel. Que ce soit des avis consommateurs faites sur le site marchand ou à travers les médias sociaux (tel que Facebook ou Twitter), les consommateurs connectés attachent une grand importance sur ces avis. Le consommateur témoigne de son expérience est « réputé neutre » (même si on trouve très peu d’informations sur son identité).

Selon une étude Forester, en 2012, « 77% des clients pensent que les recommandations de produits personnalisées sont utiles et 33% d’entre eux indiquent qu’ils ont acheté des produits sur la base des recommandations » (source : Pascal Podvin, Le commerce connecté en 2012 livre blanc, Avril 2012, page 70, consulté en Juin 2013)

Dorénavant, la confiance que portaient les consommateurs évolue. Lors de recherche d’information ou d’un conseil sur un produit, les consommateurs font appel à des amis et consulte les forums, les blogueurs et les réseaux sociaux.

Les avis consommateurs et autres recommandations font évoluer la perception de la relation client.

L’enjeu étant de prendre en compte ce comportement dans les stratégies communicationnelles de l’entreprise. Cette prise en compte peut être de l’ordre technologique en intégrant des dispositifs permettant d’accéder en temps réel aux avis des internautes dans les points de vente par exemple (QR codes en magasin, technologie sans contact, étiquettes interactives…)

L’insertion des avis consommateurs en point de vente peut être un moyen favorisant une interaction adéquate entre consommateurs et entreprise.

« Avec 7.5 milliards de terminaux connectés en 2015 et 64% des utilisateurs qui partagent leur opinion en ligne et le développement des usages  anytime, anywehere, any device, (ATAWAD) » la notation et l’évaluation des produits influencent donc d’autres consommateurs dans leurs actes d’achats.( Source : orange business services). 

Cette même source nous renseigne de la forte valeur des avis publiés sur le web. Il en ressort que :

  • 90% des internautes lisent les avis, 67% donnent leur avis
  • 1 acheteur mécontent le dit à 11 personnes contre 3 pour un acheteur satisfait
  • 93% jugent les avis utiles et 86% leur font confiance
  • 45% des consommateurs pensent qu’internet leur fait consommer mieux

L’avis des internautes inconnus compte plus que la communication de la marque et joue un rôle majeur dans la décision d’achat.

Cette prise de conscience a donc toute son importance sur la mise en place dans le développement de l’intercanalité. Nous sommes face à une forme de dynamisation de la relation client et des internautes jouant des rôles de consom’acteurs et apportent une nouvelle forme d’expérience client lors de son parcours d’achat.

Comme indiqué sur cette infographie, les entreprises ont pris conscience de l’importance d’une relation client adéquate.

2013-entreprises-augmentent-leur-budget-relation-client-F

(Source : Par Claire Morel : http://www.colorado-conseil.com/conseil/numerique-direction-relation-client.html)

Face à tous ces changements, il serait nécessaire de mettre en place  de la part des entreprises, un processus organisationnel adapté aux niveaux de leurs systèmes d’informations et du CRM. La réussite de la prise en compte des comportements des consommateurs repose sur un système d’information opérationnel.

L’effet ROPO (research online,purchase offline): des consommateurs multicanaux

Derrière l’acronyme ROPO se cache une phrase toute simple : Rechercher en ligne des informations sur un produit ou un service et l’acheter ensuite en magasin.

Vous avez sans doute remarqué que la bulle Internet a bel et bien modifiée  profondément nos habitudes de consommations. S’ajoute à cela, nos mobiles ultra-connectés qui ne font qu’accroître cette tendance. Le web étant de plus en plus utilisé pour se renseigner, lire les avis consommateurs  ou encore comparer les prix.

Selon une étude réalisée par Médiamétrie, « 75% des acheteurs en magasin, préparent leur achat au préalable sur Internet ».

étude médiamétrie

Ce phénomène ROPO se traduit par l’importance du canal web dans le processus d’achat.

Pour que ce soit plus claire, voici une infographie très bien faite qui résume, l’état du consommateur ROPO de 2013*

*Source schéma : Antoine Krier, Ubliflow, Août 2013, Portrait du consommateur ROPO,  http://www.ropo.fr/2013/08/portrait-consommateur-ROPO.html, [Consulté en Août 2013]

le consommateur ropo en 2013Une démarche qui reflète une nécessité de synergie entre le site Internet et le point de vente. (Sur les possibilités de services qui peuvent être proposés via le mobile par exemple : commander en ligne un produit et le retirer en magasin ou  voir si le produit est en stock…) Mais dans la pratique, adapter ce mode de consommation sur les stratégies communicationnelles et marketings  des entreprises n’est pas chose facile étant donné l’enjeu organisationnel qui doit être entrepris (sur un système d’information adéquat, la  mutualisation des ressources entre point de vente et site Internet…)

Bien que quelques entreprises tel que Darty ont adopté cette tendance, il y’a encore du chemin à faire pour la plupart des entreprises. Mais lorsque nous sommes dans une phase de conduite de changement, il est essentiel de prendre en compte les comportements des consommateurs afin de répondre aux mieux à leurs attentes. Pour ensuite les fidéliser.

Mais une chose est sûre : nos comportements offrent  de nombreuses possibilités de points de contact pour l’entreprise. Il serait donc dommage de s’en priver !

Retour sur deux outils Google incontournables de référencements

Bonjour à toutes et à tous !

Dans le cadre de ma veille sur les leviers de croissance marketing et de communications multicanaux (mobiles, web, réseaux sociaux…) concernant l’acquisition/fidélisation client on-line, je vais vous proposer toutes une série d’articles qui mettra en exergue des outils et des stratégies à adopter afin de pérenniser au mieux l’activité et la notoriété d’un site e-commerce.

Les articles vont être réalisé en fonction de thèmes précis : l’e-mailing, l’affiliation, le m-commerce, le référencement….

Et à ce propos, commençons par le thème du référencement en vous faisant deux piqûres de rappels sur  deux outils Google de base très connus : Google Adwords Keywords  et Google insights for search. Des outils de SEO (Search engine optimization), qui permettent  entres autres d’évaluer l’état du marché en ligne et par extension les concurrents à bien surveiller ! 

Tout d’abord, Google Adwords Keywords  est un service d’où la principale finalité est de connaître le succès des recherches et tendances sur des mots clés ou expressions.

Par  exemple vous pouvez y saisir des mots-clés d’une marque pour identifier le nombre de personnes qui cherchent à visiter le site. De ce fait, il est possible de déduire de ses recherches un volume potentiel de visites.

L’utilisation de cet outil peut estimer le trafic hors notoriété en mesurant le nombre de recherches sur des thématiques liées à des produits ou services sans citer la marque.  Pour  vous vous exercez, je vous conseille d’aller directement sur le site : https://adwords.google.com/o/KeywordTool 

 

Par ailleurs dans le domaine du référencement, la variable à ne pas manquer  est celle de la saisonnalité.

 Avec Google Insights for search, il est possible de mesurer des mots-clés précisément en  les localisant  dans l’espace et dans le temps.  En d’autres termes cet outil  a pour objectif de voir l’évolution des volumes de recherches et l’intérêt d’une marque en fonction des périodes de l’année.

Voici un exemple de suivi  de volume de recherche des mots clés « garde d’enfant » avec Google insights  for search: http://www.google.com/trends/explore?hl=fr#q=garde%20d’enfant 

Bien évidemment,  il existe d’autres outils Google et de stratégies beaucoup plus performantes dans le domaine du référencement. Mais il est important de commencer par de bonne bases afin d’avancer le plus adéquatement possible. Et de ce fait, comme décrit en préambule, d’autres techniques viendront s’ajouter.

To be continued… 🙂

Ebay acquiert la technologie de la start-up Billsafe : une technologie de facturation pas comme les autres.

Bonjour à tous !

Je pense que tout le monde connaît Ebay. Si ce n’est pas le cas, Ebay est un  site web de ventes aux enchères qui est  devenue une référence mondiale.

D’autre part Billsafe, est une société allemande spécialisée dans des solutions de paiement.

Selon le journal du net, « Ebay a annoncé récemment, l’acquisition de Billsafe  qui  avait déjà pris une part minoritaire de ce dernier en Octobre 2010 ».

En effet, cette technologie de facturation viendra s’intégrer avec le système de paiement électronique Paypal d’Ebay, qui compte déjà 15 millions d’’utilisateurs en Allemagne, en Autriche mais aussi en Suisse et aux Pays-Bas.

Il faut savoir que ce type de facturation n’est pas encore disponible en France. Ceci va surement arriver dans les prochains mois.

Concrètement, de quoi s’agit-il ? 

Grâce à cette technologie de facturation, le cyberacheteur sélectionne un produit sur Ebay. Et ce n’est qu’après la réception du produit que le cyberacheteur reçoit et pait la facture.

En fait en d’autres termes, c’est une procédure de paiement qui se nomme « invoice » et qui s’appuie sur la transmission automatique de la valeur de la transaction aux fournisseurs via un système informatique.

Cette nouvelle type « de facture » (en tout cas pour nous français), permettra de mettre en place une sécurité non négligeable dans la mesure où il y’a encore énormément de personne qui doute de la sécurité d’un paiement en ligne même si certaines personnes malgré leurs habitudes de consommer sur Internet ont augmentées ses dernières années.

Par ailleurs ce type de stratégie peut être considéré comme une stratégie web-marketing : le fait d’acquérir une technologie de facturation très attrayante pour les consommateurs ne parle que d’elle-même .

Certes, pour les consommateurs ceci semble avoir un avantage redoutable mais qu’en est-il pour les commerçants ?

C’est une question qui je pense vous est passée dans vos esprits. A priori on peut penser que pour nous  « internautes », il est possible que certaines personnes puissent profiter de cette technologie pour essayer de « frauder en quelque sorte » et d’acquérir l’achat en toute impunité.

Mais si ce type de technologie est si populaire en Allemagne, en Autriche ou encore en Suisse, c’est qu’il y’a des mesures qui doivent être bien contrôlées.

Vu que je n’ai pas essayée ce type de facturation, je ne peux pas vous dire avec certitude si ceci est une technologie sans faille.

Alors appel à ceux ou celles qui ont  des avis, des questionnements ou encore des expériences sur le sujet… 🙂