Des articles spéciales « Up&Net »

Hello tout le monde!

La période des soldes a commencée! 🙂 et la chasse au petits prix par la même occasion.
Et c’est cette période qui m’a donné l’idée de vous parler des différentes gammes de services que proposent Up&net aux e-commercants pour ses clients et clientes. Et par conséquent ses gammes de services pourraient être susceptibles de vous interesser.

Alors je ne vous en dis pas plus et je vous invite donc à suivre les articles qui vont suivre.
A très bientôt !:) pour de nouvelles news…

Publicités

PassVip.com lance un concept de service marchand sous forme de coupons de réductions

Récemment, lors d’une interview de Stéphane Guillemot (qui est le fondateur avec Olivier Le Floch  du site de ventes privés « Achat Vip ») à expliquer un concept de service marchand qui m’a semblé intéressant à en parler.

PassVip.com peut penser aux premiers  abords aux services que propose Groupon.  Mais si l’on regarde de plus près, PassVip.com se distingue sur quelques critères.

Tout d’abord PassVip.com propose « des deals » à valoir sur des sites marchands. Et c’est deal sont aux nombres de 4 opérations maximum par semaine qui dureront à priori 5 à 7 jours.

Pour profiter de ces deals, les internautes doivent impérativement passé par une étape. En effet les internautes achètent un pass.

Concrètement, qu’est-ce que c’est ?

Par exemple si l’internaute achète un pass de 10€, PassVip.com  enverra un mail où il sera indiqué « un code » qu’il lui permettra de le renseigner sur le site de la marque (et non sur PassVip.com), pour bénéficier  d’un rabais, par exemple de 20€. Et ce pass sera valable sur l’ensemble du catalogue de la marque pendant 30 à 45 jours. Il faut savoir que ce sont les marques avec PassVip qui fixent les montants des pass.

La différence avec l’offre que propose Groupon ?

PassVip s’adresse exclusivement aux marques et aux distributeurs. Ce que Groupon ne réussit pas à faire puisque les marques ne veulent pas être associées  à « une image de marque discount ».  Il est vrai que PassVip.com détient déjà un univers haut de gamme alors que Groupon a plutôt une image de marque beaucoup moins « privilégiée ».

Selon Stéphane Guillemot, PassVip peut permettre d’être utiles aux marques  qui axent de plus en plus leurs  stratégies via le net.

D’autant plus que PassVip revendique pour les marques  aucun frais de mise en place. A savoir que le modèle économique de PassVip.com se base essentiellement (entres autres) des commissions prélevées sur les ventes de chaque pass.

Étant un service très récent, les deals de PassVip vont être diffusé tout d’abord sur les réseaux sociaux ou par des newsletters.

Ceci étant dit, ce type de service me fait rappeler  un article que j’ai écrit à propos de la carte REV mis en place par Up&Net. Voir l’article.  

On peut constater  que les services sont à peu près similaires puisqu’ils permettent pour l’internaute  de faire en quelque sorte des économies.

Par ailleurs je remarque que la cible de PassVip et de la carte REV sont pratiquement les mêmes (c’est-à-dire les femmes). Ceci se voit notamment à travers l’ergonomie du site (choix des couleurs) mais aussi tout simplement par les logos des deux sites.

En outre le seul bémol que je pourrai indiquer de ce pass est le manque d’information sur les partenaires  de PassVip.com  mais aussi sur le fonctionnement  du Pass.

Si j’indique les avantages/ les inconvénients de ce Pass et de la carte REV, voici ce que cela va donner :

Pour  la carte REV, les avantages sont :

-Facilité d’utilisation : le code d’activation est directement indiqué sur la carte.

– Une connaissance sur les partenaires au préalable sur le site www.cartevoici.fr  : on a donc une vision des types de marques susceptibles d’être intéressantes pour l’utilisatrice.

-Je trouve que son site est plus clair en termes de hiérarchisation des différentes informations.

-Les remises de la carte REV sont cumulables avec des soldes ou des promotions. Ceci est donc un très bon moyen de faire encore plus d’économies.

Le seul  inconvénient : L’installation de l’application web  REV peut être un frein pour l’internaute. Elle peut être considéré à tort difficile à mettre en place.

Pour le PassVip, les avantages sont :

-PassVip.com s’oriente vers des marques de haut de gamme. Il peut y avoir des promos intéressantes sur les marques en question…

-On peut donc faire des économies sur des marques plutôt prestigieuses.

Maintenant passons aux inconvénients :

-On ne sait pas au préalable  quels sont ou seront les marques qui proposeront les PassVip.

-Pour accéder aux deals des marques, il faut tout d’abord mettre notre code  postal et notre mail, ce qui  suppose un fichage de nos informations par la suite (envoi de promos par mail par exemple).

-Sur le site, il y’a peu d’information sur le fonctionnement du pass.  Certes c’est a priori expliquer mais je trouve qu’il manque quand même quelques éclaircissements…

Donc à choisir j’opterai plutôt pour la carte REV, vue  les avantages que j’ai cités ci-dessus.

Tout dépend  de votre façon d’acheter sur Internet, mais je trouve que c’est un moyen comme un autre de faire des économies.

Maintenant, c’est à vous de voir…..

P.S: Je ne vous ai pas oubliée, je vous souhaite à tous et à toutes  de très très  belles fêtes de fin d’année 🙂 !

Pixmania fait un pas de plus vers le f-commerce en lançant deux applications Facebook

Le géant européen  de l’e-commerce s’est associée avec Leetchi pour rééditer « Cadeau commun par Pixmania.com » et avec Prodcast et lkeshop pour lancer l’application « Giftmania »   

A titre d’information, Leetchi .com permet de collecter et de gérer de l’argent à plusieurs pour les anniversaires, le week-end, entre amis….

Et pour Prodcast, c’est une plateforme de partage d’avis sur les produits entre amis. Ainsi il est aussi en partenariat avec  Pixmania et Likeshop. Ils proposent une application Facebook qui permet aux internautes de consommer de façon différente.

Quel est l’intérêt de ces deux applications ?     

Pour la première (cadeau commun par Pixmania.com), c’est une nouvelle version qui permet aux internautes d’acheter un cadeau en commun et d’en partager par conséquent la dépense grâce au service fourni par la start-up Leetchi.com

La seconde application (Giftmania, lancé le 25 Novembre 2011), permet de trouver un cadeau pour un ami.  

En clair, elle utilise les fonctionnalités de l’Open Graph 2.0 de Facebook afin de connaître les affinités d’un internaute avec des produits issues du catalogue de Pixmania.

A l’approche des fêtes de fin d’année, je pense que c’est une bonne occasion de s’associer avec d’autres acteurs tel que Leetchi afin de mettre en place des applications attractives pour les internautes et de dépenser par la même occasion de façon intelligente.

Pixmania a eu une bonne idée de mettre en place ce type d’offre pour les consommateurs.

Et vous, qu’est ce que vous en pensez? 🙂 

Amazon VS La Fnac : la guerre des liseuses électroniques (e-Books)

L’objectif de cet article est de faire un état des lieux sur les différentes stratégies et les différents services que proposent Amazon et La Fnac.

Amazon et son Kindle :

Pour ceux qui ne le savent pas, le Kindle est un appareil de lecture de livres électroniques.

Depuis peu Amazon à commercialiser son kindle en Grande-Bretagne, en Allemagne et récemment en France.

Je pense que vous l’avez surement remarqué si vous avez consulté le site d’Amazon, il est desormais possible de le commander via le site pour un prix de 99 Euros.

Vu son implantation (physique) assez restreint  (dans la mesure où c’est un e-commerçant), Virgin Megastore propose le Kindle et permet de pallier à cet inconvénient. En effet elle dispose de l’exclusivité jusqu’au 1er Décembre 2011.Pour prendre la relève, Casino pourra à partir de cette date vendre le Kindle.

Il est vrai qu’au départ Amazon a eu du mal à imposer son Kindle puisqu’elle était disponible que sur le Net.

En effet ce produit n’est pas un « Kindle Touch » ni « une tablette Fire ». Je trouve que c’est une tablette qui peut paraître très classique (couleurs sombres voire pas de couleurs  attractive qui peut attirer l’intention) mais elle respecte sa fonctionnalité : celle de lire des livres sur une tablette. Il n’est pas question de comparer avec une autre tablette telle que l’IPad car ses caractéristiques sont complètement différentes de celle de Kindle.

-En terme d’offres….

Il est vrai qu’en France, le marché des livres électroniques n’a pas du tout atteint sa maturité.

Ainsi pour frapper fort, Amazon lance une boutique de livres électroniques (e-books), qui est mis à la disposition des clients. A peu près 800 000 livres sont disponibles   dont 30 000 titres en Français.

Dans tous les cas Amazon montre  au maximum sa diversification au niveau de ses ouvrages et propose notamment  des « classiques » gratuits (env. 4000).

Amazon  profite également  de lancer une plateforme d’auto- édition sur laquelle chaque personne s’il le souhaite pourra publier ses livres avec un modèle économique qui est le suivant : 70% pour l’auteur et 30% pour Amazon.

Pour contrer l’hégémonie d’Amazon sur le marché des e-books, LaFnac essaye de tirer son épingle du jeu avec son tout nouveau « kobo » !

Kobo by Fnac:

Proposée à 129.90 Euros et 99.90Euros pour les adhérents, et contrairement au Kindle, au début de son lancement s le Kobo  était disponible à la fois sur Internet  et dans ses magasins.

Pour information, le Kobo provient d’un libraire Canadien qui offre aussi bien des liseuses qu’un important catalogue de livres électroniques.

Le Kobo remplace en quelque sorte l’échec du FnacBook. La Fnac a donc décidé de s’allier à un spécialiste du secteur.

-En terme d’offres…

Kobo offre un catalogue offre un catalogue de 2 millions en Anglais dont 80 000  livres en Français.

En effet vous l’avez peut être remarqué, le Kobo by Fnac dispose d’un catalogue beaucoup plus important qu’Amazon.

Autre avantage que la Fnac dispose, le Kobo est déjà présent en Amérique du Nord, en Océanie et dans certains pays Européens. Le partenariat avec la Fnac lui offre donc beaucoup plus de visibilité.

Pour revenir au prix du Kobo, il est certes beaucoup moins cher que son prédécesseur (FnacBook), mais il n’en est pas de même avec le Kindle d’Amazon.

Je trouve que le Kobo se distingue bien de par son « look » puisqu’il est disponible en plusieurs couleurs (noirs, bleu, rose…) mais aussi de par ses accessoires (des étuis ou encore des housses de transports).

Ce que je constate au sein de ses différentes stratégies et de ses services que ce soit pour le Kindle ou du Kobo, les stratégies sont quasiment identiques. Mais nous pouvons dégager quelques différences :

-Il subsiste pour le moment une différence de prix.

-Les caractéristiques de ses deux e-Book sont similaires mais l’aspect du Kobo est beaucoup plus attractive et beaucoup plus « actuel avec son temps » (couleurs vives, design…).

-Les deux entreprises jouent énormément sur l’implantation de ses e-Books. (Le maximum de pays doit proposer leurs e-book et toucher un maximum de client, ce qui est tout à fait normal.

En tout cas le marché  représente seulement 1% des ventes totales de livres. Il y’a donc encore à faire !

En ce qui me concerne, je ne suis pas encore prête à m’acheter un e-book car je préfère « les supports papiers ». Mais peut-être un jour…qui sait ?

J’espère que cet article vous a aidé à voir un peu plus clair…

Amazon chercherait à passer à la vitesse supérieure sur les tablettes en rachetant Palm

La concurrence sur le marché des tablettes tactiles est de plus en plus rude. De ce fait l’e-commerçant essaye de mettre toutes ses chances de son côté.

En effet selon les affirmations de « Venturbeat », Amazon serait entré en négociation avec HP pour racheter sa branche Palm (qui lui-même l’a acheté au Printemps 2010 pour 1.2 Milliard de $) et qui  1 an plus tard en vaut moins d’un million  à cause de ses activités qui sont toujours déficitaire.

Il faut savoir que cette information n’a été pour l’instant commenté par aucune des deux entreprises.

Mais suite à la présentation par Amazon de sa tablette tactile (fin Septembre 2011), le Kindle ainsi que de son lancement de sa propre boutique d’applications Android ( pour plus de détails, voir l’article du  25/10/11), je pense que l’e-commerçant apparaîtrait comme le plus sérieux prétendant.

Si cette opération se concrétise, alors pour Amazon nombreux seront les avantages:

  •  Il pourrait s’affranchir de Google sur les tablettes, en possèdant son propre OS (operating system)
  • L’e-commerçant pourrait donc le façonner en proposant des tablettes, voire des téléphones en intégrant l’ensemble de son « écosystéme » (stockage  de fichiers, vente, écoute de musique…)

De quoi mettre Amazon sur un pied d’égalité non seulement avec Google mais aussi Apple ou encore Microsoft.

Le secteur de l’e-commerce se positionne comme les relais de la croissance de l’économie numérique

La question qui devient de plus en plus difficile à répondre est « comment le secteur de l’e-commerce peut-il offrir plus de qualités et de services à leurs clients?

Face a cette situation, il existe un système qui est « la recommandation produit ». Pour faire simple, « la recommandation produit est centrale dans une stratégie de développement d’e-commerçants. Il est vrai que de plus en plus d’e-commerçants adopte de plus en plus de stratégies similaires tant sur le web marketing bien évidemment ( stratégie de référencement par exemple) que dans d’autres domaines (la communication entres autres)

Il est donc important voire primordiale de connaître parfaitement ses clients afin de leur proposer les meilleures offres possibles.

Le site e-commerce « Amazon » lance sa boutique d’applications Android

Déjà disponible dans plusieurs pays (Royaume-Uni, en Allemagne ou encore aux Etats Unis), Amazon instaure timidement en France une boutique d’appli spécialement pour les système d’exploitations d’Android.

Avec l’engouement de l’Appstore d’Apple, Amazon a su trouver un bon filon et qui lui permettra selon moi une nouvelle vision de l’e-commerce sur sa façon de proposer d’autres services aux détenteurs de « Smartphone Android ». Et par conséquent d’accroître le nombre de clients. Affaire à suivre…