Le content marketing : une stratégie de performance SEO

Le développement et l’optimisation d’une stratégie SEO adéquate nécessite un travail à long terme. Il est important de détecter les leviers de croissance favorisant la performance de son SEO.

Cette performance est le fruit de l’utilisation d’indicateurs pertinents qui peuvent être mesurés via un outil de webanalyse SEO via Google webmaster Tools, Google Insights for search pour les plus connus. Bien évidemment, d’autres outils SEO existent :

-Yooda:  http://www.yooda.com/produits/soft/

-My Poseo: https://www.myposeo.com/

-SEOmoz http://moz.com/

-Advanced web ranking http://www.advancedwebranking.com/

En complément de ces logiciels, de nombreuses techniques et méthodes sont recommandées par Google:

-Choisir les mots clés sur lequel on souhaite se positionner;

-Obtenir des liens entrants (backling) et opérer des échanges de liens (netlinking);

-Optimisation des pages, réécriture des URL…

– Optimisation du contenu du site.

A cela, nous pouvons ajouter une tendance nommé « le content marketing ».

Explications….

Pour faire court, le content marketing a pour objectif de mettre à la disposition des internautes/prospects, un contenu utile et/ou ludique.

Concrètement, cela peut  être différentes techniques que l’on connaît, (tout dépend du type d’activité de l’entreprise) :

-Article de blog, des études de cas, des tutoriels d’exercices, des portfolios, réalisations (flckr, instagram,…) ou encore des Guest posts (un contact avec les bloggeurs pour leur proposer d’écrire un article sur leur blog en échange d’une brève présentation de l’entreprise).

L’enjeu étant de créer une relation privilégiée avec le  consommateur en proposant un contenu riche et varié à long terme.

Cela peut être considéré comme une stratégie de marque à part entière tout en optimisant efficacement son SEO sur :

-La visibilité du site;

-La notoriété et la favorisation des interactions  (le partage de l’information sur Twitter, Facebook, Tumblr,…);

-La mise en valeur d’un contenu attractif;

Il faut bien comprendre que le content marketing permet de se détourner du contenu purement publicitaire en mettant l’accent sur un contenu « qualitatif et informatif ».

A contrario, du brand marketing où dans ce cas, le contenu est destiné  à susciter un acte d’achat d’un produit ou service.

Lorsque l’on cite toutes ses méthodes, vous pouvez remarquer que le content marketing n’est pas une « nouvelle tendance ». Cela représente tout un ensemble de méthodes marketing que de nombreuses entreprises utilisent  pour le développement de leurs notoriétés ou de leurs visibilités.

En revanche l’évolution dans ce concept de content marketing est l’accent de plus en plus sur la création de contenu marketing pour détenir une valeur ajoutée par rapport aux concurrents présent sur le web.

Avec la banalisation des usages technologiques rendue accessible avec les smartphones et les tablettes et la surabondance de contenu sur Internet, l’enjeu du content marketing est avant tout de se différencier significativement dans cette masse d’information.

A ne pas oublier que pour qu’un site soit bien référencer sur Google, la pertinence du contenu reste la clé de la réussite. D’où l’expression que l’on entend souvent : « content is king ».

En clair, la meilleure optimisation possible résultera d’une amélioration qualitative du contenu proposé. 

Conclusion…

Le content marketing est une des nombreuses méthodes pouvant jouer sur la carte de la différenciation sur le web. Il serait donc important de penser réellement à une stratégie de communication efficace pour les deux parties (entreprise et prospects).

A vos plumes ! (plutôt vos touches de clavier 🙂 ) pour créer votre contenu ludique et attractif !

Focus sur des leviers clés pour faire progresser l’audience d’un site Internet

Au-delà des leviers classiques de génération de trafic (SEO, SEM, l’affiliation ou encore l’e-mailing), ils existent d’autres alternatives favorisant la progression de l’audience d’un site web.logo

Ainsi, un e-commerçant peut avoir recours à des alliances et des partenariats permettant de réaliser des échanges de contenus afin de :

  • Proposer des services existants.
  • Partager des revenus publicitaires ou de génération de leads*.

(*Pour information, la génération de leads fait référence aux actions permettant de créer des prospects plus ou moins qualifiés.)

Ce concept d’alliance et de partenariat est  beaucoup moins médiatisé que les leviers classiques cités au début  de ce billet, mais offrent tout de même à de nombreux acteurs du e-commerce, l’occasion de renforcer la visibilité auprès de leurs clients  et de pouvoir diversifier ces modèles de rémunérations.

Pour rappel, on peut noter principalement (car y’en d’autres), les modèles de rémunérations utilisés sur le web répondant à des enjeux différents :*

  • Des enjeux de notoriété et d’exposition « le CPM » (le coût par mille) :

L’annonceur paie une somme définie à chaque fois que 1000 publicités sont affichées  sur le site de l’éditeur.

  • Des enjeux d’audience/ de traffic « le CPC » (le coût par clic) :

L’annonceur paie que si l’internaute clique sur la publicité

  • Des enjeux de ventes « le CPA » (le coût par action) :

Une commission est reversée  par l’annonceur à l’éditeur lorsque l’internaute du site clique sur la publicité et effectue une conversion.

(*Source : livre, le webmarketing, Par Thomas Faivre-Duboz, Raphael Fétique, Antoine Lendrevie (très bonne source généraliste sur le webmarketing, je vous la recommande !)

Si l’on revient au concept d’alliance et de partenariat, ce modèle repose sur le principe de la déportalisation.

Explications ? La déportalisation consiste à mettre des contenus, produits ou services à la disposition d’internautes d’un autre site qui possèdent une affinité importante avec ces services/ produits.

Une mise à disposition qui peut être :

  • Sous forme de marque blanche. Via ce moyen, le site met à disposition ses contenus qui agissent sans distinction sous la marque du site partenaire.
  • Sous forme de marque grise dans la mesure où l’internaute du site qu’il visite aura conscience d’être en face d’une autre marque.

Face à ce modèle, de forts enjeux techniques et business peuvent se poser pour les partenariats. Il est donc préférable de bien définir l’ensemble du service et des contenus mis à dispositions.

Derrière ce modèle, il y’a avant tout un enjeu d’audience mais aussi un modèle d’affaires qui peut être source de valeur ajoutée : partages des revenus publicitaires, paiement via des abonnements ou forfaits du contenus, paiement au clic…

En clair, ce modèle alternatif de génération d’audience est une stratégie qui me semble payante à long terme. Le client peut retrouver des contenus complémentaires et pourrait être à l’affut d’actualités. Et par conséquent être fidéliser à la marque.

Dans tous les cas, j’espère que ce bref rappel de génération d’audience basé principalement sur le modèle de la déportalisation n’a plus de secret pour vous!

Mais si vous avez la moindre question ou remarque, n’hésitez pas à laisser un commentaire :).

A très bientôt pour d’autre focus !

A la recherche d’un emploi (CDD/CDI) dans le secteur du e-commerce

Bonjour à tous et à toutes!

Jeune diplômée en Master 2 professionnel créations, innovations, informations numériques en innovations en communications, je souhaiterais m’orienter vers les métiers du web.

Ayant une forte appétence pour le secteur du web, je suis à la recherche d’un CDD/CDI en région parisienne dans le secteur du e-commerce, en tant que chargée de projet webmarketing.

Ouverte aux autres, dynamique, soucieuse de me perfectionner et très à l’écoute de mes interlocuteurs, j’ai le sens des responsabilités, du service, de l’organisation et surtout de la rigueur.

N’hésitez pas à me contacter par mail pour plus d’informations: web.emploi@yahoo.fr. Je serai ravie d’y répondre.

En vous remerciant par avance !