Amazon VS La Fnac : la guerre des liseuses électroniques (e-Books)

L’objectif de cet article est de faire un état des lieux sur les différentes stratégies et les différents services que proposent Amazon et La Fnac.

Amazon et son Kindle :

Pour ceux qui ne le savent pas, le Kindle est un appareil de lecture de livres électroniques.

Depuis peu Amazon à commercialiser son kindle en Grande-Bretagne, en Allemagne et récemment en France.

Je pense que vous l’avez surement remarqué si vous avez consulté le site d’Amazon, il est desormais possible de le commander via le site pour un prix de 99 Euros.

Vu son implantation (physique) assez restreint  (dans la mesure où c’est un e-commerçant), Virgin Megastore propose le Kindle et permet de pallier à cet inconvénient. En effet elle dispose de l’exclusivité jusqu’au 1er Décembre 2011.Pour prendre la relève, Casino pourra à partir de cette date vendre le Kindle.

Il est vrai qu’au départ Amazon a eu du mal à imposer son Kindle puisqu’elle était disponible que sur le Net.

En effet ce produit n’est pas un « Kindle Touch » ni « une tablette Fire ». Je trouve que c’est une tablette qui peut paraître très classique (couleurs sombres voire pas de couleurs  attractive qui peut attirer l’intention) mais elle respecte sa fonctionnalité : celle de lire des livres sur une tablette. Il n’est pas question de comparer avec une autre tablette telle que l’IPad car ses caractéristiques sont complètement différentes de celle de Kindle.

-En terme d’offres….

Il est vrai qu’en France, le marché des livres électroniques n’a pas du tout atteint sa maturité.

Ainsi pour frapper fort, Amazon lance une boutique de livres électroniques (e-books), qui est mis à la disposition des clients. A peu près 800 000 livres sont disponibles   dont 30 000 titres en Français.

Dans tous les cas Amazon montre  au maximum sa diversification au niveau de ses ouvrages et propose notamment  des « classiques » gratuits (env. 4000).

Amazon  profite également  de lancer une plateforme d’auto- édition sur laquelle chaque personne s’il le souhaite pourra publier ses livres avec un modèle économique qui est le suivant : 70% pour l’auteur et 30% pour Amazon.

Pour contrer l’hégémonie d’Amazon sur le marché des e-books, LaFnac essaye de tirer son épingle du jeu avec son tout nouveau « kobo » !

Kobo by Fnac:

Proposée à 129.90 Euros et 99.90Euros pour les adhérents, et contrairement au Kindle, au début de son lancement s le Kobo  était disponible à la fois sur Internet  et dans ses magasins.

Pour information, le Kobo provient d’un libraire Canadien qui offre aussi bien des liseuses qu’un important catalogue de livres électroniques.

Le Kobo remplace en quelque sorte l’échec du FnacBook. La Fnac a donc décidé de s’allier à un spécialiste du secteur.

-En terme d’offres…

Kobo offre un catalogue offre un catalogue de 2 millions en Anglais dont 80 000  livres en Français.

En effet vous l’avez peut être remarqué, le Kobo by Fnac dispose d’un catalogue beaucoup plus important qu’Amazon.

Autre avantage que la Fnac dispose, le Kobo est déjà présent en Amérique du Nord, en Océanie et dans certains pays Européens. Le partenariat avec la Fnac lui offre donc beaucoup plus de visibilité.

Pour revenir au prix du Kobo, il est certes beaucoup moins cher que son prédécesseur (FnacBook), mais il n’en est pas de même avec le Kindle d’Amazon.

Je trouve que le Kobo se distingue bien de par son « look » puisqu’il est disponible en plusieurs couleurs (noirs, bleu, rose…) mais aussi de par ses accessoires (des étuis ou encore des housses de transports).

Ce que je constate au sein de ses différentes stratégies et de ses services que ce soit pour le Kindle ou du Kobo, les stratégies sont quasiment identiques. Mais nous pouvons dégager quelques différences :

-Il subsiste pour le moment une différence de prix.

-Les caractéristiques de ses deux e-Book sont similaires mais l’aspect du Kobo est beaucoup plus attractive et beaucoup plus « actuel avec son temps » (couleurs vives, design…).

-Les deux entreprises jouent énormément sur l’implantation de ses e-Books. (Le maximum de pays doit proposer leurs e-book et toucher un maximum de client, ce qui est tout à fait normal.

En tout cas le marché  représente seulement 1% des ventes totales de livres. Il y’a donc encore à faire !

En ce qui me concerne, je ne suis pas encore prête à m’acheter un e-book car je préfère « les supports papiers ». Mais peut-être un jour…qui sait ?

J’espère que cet article vous a aidé à voir un peu plus clair…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :